Colère assassine

Colère assassine

Ne déclenchez pas sa colère, le danger vous guette

Sur le point de quitter sa salle de sport, tard le soir, Léa, parisienne de 33 ans, entend l’appel au secours d’une femme, enfermée dans les toilettes du sous-sol. Léa cherche une solution, mais la prisonnière s’impatiente, jusqu’à en devenir odieuse. Et s’il y a bien une chose que cette jeune graphiste ne supporte pas, ce sont les incivilités du quotidien. Sous le coup de la colère, Léa part sans se retourner. Le lendemain, la femme est retrouvée morte…

Léa se retrouve au cœur d’une machination diabolique mais c’est sans compter sur Rodolphe, policier chargé de l’enquête, qui, entre un petit garçon mutique et une ex-conquête rancunière, a fort à faire dans sa vie privée.

L’idée d’écrire Colère assassine est née d’une anecdote survenue dans ma vie privée. Je sortais d’un cours de yoga lorsque j’ai entendu une femme qui, enfermée dans les toilettes du complexe sportif, appelait de l’aide. J’ai essayé de la sortir de là mais la serrure semblait grippée. La femme s’énervait de ne pas être délivrée rapidement et commençait sérieusement à devenir impolie à mon égard (pour ne pas dire insultante). Quand avec l’aide d’un prof de karaté, on a enfin réussi à la libérer, elle n’a pas eu un seul mot de remerciement et a été odieuse. Dans les pages de mon roman, j’ai pris plaisir à abandonner cette femme à son sort, allant jusqu’à la laisser mourir. Je me suis servi ensuite de ce point de détail (cette femme enfermée n’est pas le sujet de Colère Assassine) pour broder l’intrigue tout autour, et donner vie aux trois personnages principaux qui composent l’histoire.

"Une intrigue prenante, bien construite et sans fausse note qui tient en haleine jusqu'à la dernière ligne."
Le monde de Marie
"Tout est réuni pour que ça fonctionne !"
Priscilla Blabla